Documentation

Charte d’éthique de la FGF

Adoptée à Yaoundé, le 22 octobre 2013

Suite à l’organisation de ses 1res Universités francophones de perfectionnement des géomètres à Ouagadougou en octobre 2012, consacrées à l’éthique professionnelle, la FGF s’est engagée à présenter une charte d’éthique applicable aux géomètres francophones membres de la fédération.

Fidèle aux objectifs de paix, de coopération, d’aide au développement, de défense des droits de l’Homme, de dialogue des cultures et des civilisations, de solidarité entre les peuples, la FGF soutient le respect des 10 principes suivants :

1. Le géomètre exerce son métier dans le respect des lois, afin de promouvoir la paix sociale et le développement socio-économique de son pays;

2. Le géomètre œuvre à l’organisation de la profession dans son pays par le biais d’une structure associative ou d’un ordre professionnel;

3. Le géomètre participe activement aux côtés des professions partenaires à la promotion de la sécurisation foncière;

4. Le géomètre exerce ses fonctions en toute indépendance en faisant abstraction de ses considérations politiques, religieuses et de ses intérêts personnels;

5. Le géomètre veille à lutter contre toute forme de corruption, notamment en n’acceptant ni rémunération, ni compensation autre que le coût normal de la prestation de toute personne physique ou morale;

6. Les géomètres sont professionnels, courtois, honnêtes et serviables dans leurs rapports entre confrères. Ils favorisent le développement d’une culture professionnelle commune;

7. Le géomètre fait preuve de transparence dans la description des tâches qu’il est amené à accomplir;

8. Pour exercer la profession, le géomètre doit disposer d’un niveau de formation académique et de qualifications professionnelles adaptés;

9. Le géomètre veille au développement de ses connaissances et compétences en suivant des programmes de développement professionnel continu tout au long de sa carrière;

10. La FGF recommande que le géomètre libéral détienne une assurance de responsabilité civile professionnelle dans l’exercice de ses fonctions;

11. Le géomètre s’engage à respecter le secret professionnel;

12. Le géomètre s’engage à œuvrer pour le développement durable.

 

Téléchargez ici la charte d’éthique de la FGF

 

Référentiel des activités professionnelles des géomètres d’Afrique subsaharienne

 Version au 20 septembre 2011

La FGF a organisé, sous le haut patronage de M. Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, et en partenariat avec UN-HABITAT et la Fédération internationale des géomètres (FIG) les 14 et 15 octobre 2010, à Niamey, un séminaire d’évaluation des besoins en formation des géomètres d’Afrique Subsaharienne auquel ont été associés, outre les pays membres, la République centrafricaine, le Tchad, ainsi que les deux pays anglophones de la sous-région, le Ghana et le Nigéria.

Considérant notamment :

  • que le rôle du géomètre dans la société est trop important pour que la profession soit exercée par des personnes au niveau de compétence insuffisante ;
  • que l’exercice du métier demande un haut niveau de formation technique et juridique tant dans la formation initiale que dans la formation continue ;
  • la disparité existante dans la sous-région quant aux contenus des formations ;
  • la nécessaire prise en compte des nouvelles stratégies et politiques foncières, celle des évolutions technologiques et législatives et du droit coutumier ;
  • les besoins de lutter contre le trafic de faux diplômes et l’exercice illégal dont les effets peuvent être désastreux pour les populations, par l’absence de garanti des titres de propriété et des titres d’occupation qu’ils génèrent ;
  • les efforts qui doivent être fait pour une meilleure intégration des femmes dans la profession.

Plusieurs propositions ont été faites dont l’une consiste à proposer aux gouvernements l’harmonisation des conditions d’accès à la profession, notamment par un niveau minimum d’étude pour exercer, afin que la libre circulation ne devienne pas la porte ouverte à un travail de mauvaise qualité qui serait fait par des gens aux formations insuffisantes.

 

Cette harmonisation passe nécessairement par la mise en place d’un référentiel de formation pour le géomètre, socle commun à l’ensemble des pays de l’Afrique subsaharienne, qui doit laisser des possibilités ouvertes d’adaptation suivant les différents cursus existants (techniciens, Ingénieurs…).

Un groupe de travail a été créé, présidé par François Mazuyer, président de la FGF et animé par M. Roch Bah, Président de l’Ordre des géomètres-experts du Bénin, et constitué de géomètres et d’enseignants spécialisés du Bénin, du Burkina Faso, de Côte d’Ivoire, du Gabon, du Mali, du Niger et du Sénégal.

S’appuyant sur les référentiels déjà existants dans d’autres régions, les membres du groupe de travail ont eu pour objectif d’adapter ce modèle aux particularismes des pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale.

Trois réunions de travail se sont tenues de mai à septembre 2011, et le document consultable ci-dessous rend compte des travaux achevés au 20 septembre 2011.

 

Téléchargez ici le référentiel des activités professionnelles des géomètres d’Afrique subsaharienne